PERSÉVERER DANS LA FOI ET ATTENDRE LE SIGNAL

1 Thessaloniciens 4 :15-17

« …Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.… »

Juste après la résurrection du Christ, Jésus avait dit à ses disciples : «  Mais vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre ». Ce ne sera que 40 jours plus tard que s’accomplira  la promesse de la réception de cette puissance. Pourtant, nous avons un texte dans le livre de Joël qui parle de la réception du Saint-Esprit bien longtemps avant.

Joël 2 :28-29 « Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions.  Même sur les serviteurs et sur les servantes, Dans ces jours-là, je répandrai mon esprit.…
On pense que ce livre fut écrit entre 400 et 350 avant JC, pour d’autres biens plus tôt (9 e – 7 e siècle avant JC).
Il a fallu un certain nombre d’années pour que la promesse de Dieu se réalise.

Et pour les chrétiens après l’expérience de la Pentecôte jusqu’à nos jours, de quelle attente est-il question ? Selon les Ecritures, il s’agirait de l’enlèvement de l’Eglise.  Oui, notre attente se situe au niveau de notre espérance d’être enlevé un jour lorsque Dieu donnera le signal aux anges de sonner de la trompette en vue de l’enlèvement de l’Eglise de Jésus-Christ sur toute la surface de la terre selon 1 Thessaloniciens 4.

Par conséquent, pendant que nous attendons ce grand signal, notre attente aujourd’hui n’est pas une attente passive dans laquelle nous ne faisons qu’attendre l’accomplissement de la promesse mais une attente active qui consiste à être des hommes et femmes de prière, des témoins dignes du Christ, des hommes et des femmes qui produisent des qualités du royaume de Dieu dont notamment celle de la patience dans l’épreuve.

L’enjeu pour tous les chrétiens du monde entier, depuis plus de deux mille ans, est de garder et de persévérer dans la foi afin d’être prêt pour ce jour tant attendu, celui de l’enlèvement de l’Eglise.
Donc patience, que ce soit demain, dans 1 an ou à une date lointaine, notre démarche est de l’attendre activement car notre délivrance est proche.

Mekki Drihem